Léonberg


Ce moteur de recherche n'est valable que pour une partie de ce site et fonctionne avec les accents sur les mots

Historique

Définition du chien LOF

Le Léonberg LOF

Statistiques de reproduction

Standard

Evolution du Standard

Sa robe

Son masque

Son caractère

Réflexions

Ses aptitudes

Longévité

« Chacun de nos moments n'est jamais le même, et nous ne sommes jamais la même personne d'un moment à un autre, d'une période de temps à une autre » Héraclite d’ Ephese

Ovrages

Le premier chien (un Bouvier Bernois) était hyper peureux, mal sociabilise. nous l'avons eu en plus à 3 mois et demi. Avant d'aller au club je ne savais pas que ce sport existait. et là ce fut une révélation pour ce chien en fait hyper nerveux. L'Agility lui a permis d'avoir confiance en lui et de s'éclater et donc d'améliorer sa vie de tous les jours en étant moins peureux et la maitresse a attrapé aussi le virus. Ce sport permet d'avoir une activité physique. En plus il faut de la mémoire pour retenir le parcours et savoir se placer pour diriger correctement le chien. Bref ca me plait énormément donc j'ai décide de commencer l'apprentissage d'un nouveau chien et comme depuis l'enfance j'adore les grands chiens j'ai choisi une race un peu plus grande que le Bernois. Avec ma première Léonberg ce ne fut pas pareil qu'avec le Bernois. Elle était beaucoup moins motivée que lui sur le parcours (elle n'avait pas besoin de ca pour être bien dans sa tête). Mais avec de la patience et 2 ans d'entrainement hebdomadaire voire même deux fois dans la semaine par tous les temps, après des phases de progrès et d'autres de régression, nous avons réussi à sortir en concours

Elle était contente sur son parcours mais le faisait à sa manière. Pour elle l'Agility c'était à dose homéopathique quelques obstacles suffisait à chaque entrainement et si je dépassait ses limites elle me le faisait savoir mais on formait une bonne équipe (je parle au passe car je l'aurai mise à la retraite cette année mais elle est décédée cet été à 8 ans et demi). Depuis le début de l'année je commence les entrainements avec un nouveau chien un leo bien sur. Cette fois ci au club on a change de méthode on travaille au Clicker.

L'apprentissage semble plus facile je verrai bien mais chaque chien est différent il y a des sportifs et des non sportifs comme les gens. Je sais bien qu'en choisissant cette race je n'ai pas choisi la facilite mais je ne fais pas de l'Agility pour gagner à tout prix. Il faut que cela reste un loisir donc autant le faire avec une race qui me plait donc un Léo.

Je pense que c'est comme tout chiot à croissance longue. Quand c'est petit, ne pas forcer le chiot, car on risque de provoquer des déformations des pattes ou des défauts de croissance, sans pour cela confiner le chien sans aucune activité. Il y a un juste milieu. Les deux petites jouent ensemble, elles sont du même âge, donc, quand elles sont fatiguées, elles arrêtent. ce qui ne sera pas forcément le cas avec un adulte (chien ou humain) très sollicitant. Pour les sauts, par exemple, à 1 an, on commence à sauter en A, sinon les aplombs risquent de lâcher. Après, c'est comme dans toute race, les sujets peuvent varier et cela varie aussi selon le type d'exercice. On repère très vite le Léo fatigué ou plus intéressé. il va commencer à être moins attentif et à moins bien répondre. les erreurs vont augmenter alors qu'il a très bien pu réussir l'exercice un quart d'heure avant. Là, il est urgent d'arrêter. c'est même trop tard!

Devriez-vous adopter un chien Léonberg ?

Le Léonberg ou Léonberger est un chien de grande taille qui était à l’origine destiné pour aider à la ferme. Désormais, le Léonberg est particulièrement recommandé pour les familles. Il apprécie particulièrement les enfants et se révèle être un très bon compagnon de jeu. On le compare généralement aux Terre Neuve et Saint Bernard auxquels il doit notamment son ascendance.

La race aurait été créée par un conseiller municipal, Heinrich Essig, passionné de chiens. Il doit son nom à la ville de Leonberg en Allemagne et orne le cimier des armoiries de la ville. La race Léonberg nait au milieu du 19e siècle en Allemagne. Le chien est issu du croisement entre un Saint Bernard et une Terre Neuve expliquant la grande taille du Léonberg. La race est reconnue officiellement dans les années 1880 et par deux fois, durant les deux guerres mondiales a failli disparaitre. Il a fallu compter sur quelques éleveurs possédant les derniers rescapés pour redonner un nouveau souffle à la race. Finalement, à la fin des années 1940, le Léonberg est reconnu définitivement comme une race à part entière par la Fédération Canine Internationale.

L’histoire de l’origine du Léonberg est fascinante. Ceux qui souhaitent l’adopter doivent d’abord connaitre ses origines. D’ailleurs, si on a l’occasion de partager sa passion avec une escort Paris de http://www.6annonce.com, parler des origines du Léonberg est une occasion pour engager la conversation. Ce chien est un animal particulièrement affectueux. Il se prendra facilement d’amitié pour les amis de son maître comme ses escort Paris. A l’occasion d’un rendez-vous, pourquoi ne pas emmener son chien et lui présenter à son escort Paris pour aider à briser la glace. Si l’escort Paris aime les animaux, le rendez-vous devrait bien se passer.

Le Léonberg se distingue par sa taille imposante avec une taille variant entre 70 et 80 cm au garrot et un poids de 60 à 80 kg respectivement chez la femelle et le mâle. Sa fourrure varie du jaune lion au jaune pâle en passant par le fauve foncé. La présence du noir ne doit pas prédominer et un peu de blanc peut être toléré. Le Léonberg possède un pelage long et fourni ainsi qu’un sous-poil abondant. Sa crinière est assez fournie au niveau du cou et du poitrail. Le chien requiert un brossage hebdomadaire.

Pour une famille qui souhaite adopter un chien, le Léonberg s’impose comme une race de choix. Il faut toutefois bien considérer que compte-tenu de sa taille, le Léonberg ne s’épanouira pas en appartement. Le mieux est d’avoir un jardin où il pourra se dégourdir les jambes. Il est également nécessaire de donner à l’animal sa ration quotidienne de croquettes pour l’aider à maintenir sa forme. Léo, comme on le surnomme s’impose comme un véritable animal de compagnie qui reste très attaché à son maître. Très affectueux, il est difficile de ne pas craquer pour ce chien. En présence d’étrangers il sait montrer sa méfiance sans être agressif. Il est d’humeur égale et facile à vivre, un véritable compagnon pour la vie de tous les jours.

Droit à l'image pour un animal?

Urgences des Ecoles Vétérinaires et des centres Hospitaliers

Urgences des Ecoles Vétérinaires et des centres Hospitaliers

Dossiers santé

Un exemple de dossier sur l'ostéosarcome : Gaurus

Correspondance pour les résultats de dysplasie de hanches